Le torrent qui valait 84 000 $

Le site Prodomaines nous apprend qu’un certain Peter Gordon Blue s’est emparé du nom de domaine « torrents.com » en début d’année pour la coquette somme de 84 000 $.

Riche féru de cours d’eau en mal de reconnaissance sur la toile ? Non, naturellement.
Cet acheteur est avant tout intéressé par l’appât du gain potentiel attaché au trafic internet associé aux « torrents informatiques ». Car il ne s’agit pas ici d’eau pure, qui coule dans le lit des rivières, mais de contenus informatiques qui « coulent à flots » sur certains sites de téléchargement : on parle ici de livres, d’émission TV, de séries, de films, etc.

Une nouvelle définition du mot « torrent »

Ce rachat est une nouvelle occasion de constater que les langues et leur vocabulaire évoluent. Le Petit Robert définit actuellement le mot « torrent » comme un « cours d’eau à forte pente, à rives encaissées, à débit rapide et irrégulier ». Le TILF, plus précis, parle de « cours d’eau à forte pente des régions montagneuses ou accidentées, à débit très irrégulier, à crus subites ou violentes ».

Est-ce à dire que les contenus informatiques qui coulent dans ces torrents numériques connaissent, eux aussi, des crues violentes, et des flux très irréguliers ?
C’est possible, mais ce n’est sans doute pas pour cette raison que les internautes utilisent le mot torrent, plutôt que celui plus paisible de rivière/river, ou encore que le mot fleuve (by the way, qui se dit également river en anglais), qui évoquerait la puissance du débit, sans le caractère erratique et sauvage du débit des fougueux torrents ?
Gageons que le choix du mot torrent est lié à la puissance de sa principale évocation : la rapidité, qui est probablement le bénéfice majeur attendu des internautes en mal de téléchargement.

A l’origine de celle nouvelle connotation : le logiciel BitTorrent

Cette montée en valeur du mot « torrent » vient en réalité du logiciel BitTorrent : depuis 12 ans maintenant, BitTorrent permet le partage de fichiers en pair-à-pair – au lieu de passer par des serveurs, les utilisateurs connectés au logiciel échangent directement leurs fichiers entre eux.
L’entreprise BitTorrent déclarait en 2012 que ses logiciels avaient dépassé la barre des 150 millions d’utilisateurs actifs par mois.

Torrents.com n’est donc que le dernier d’une flopée de sites de téléchargement de fichiers torrents plus ou moins légaux, parmi lesquels on compte le fameux The Pirate Bay et le très homonymique torrentz.com.

Les spécialistes de naming que nous sommes ne manqueront pas de s’interroger sur les marques qui se cachent derrière ces torrents. Car torrents.com et torrentz.com sont des noms de domaines quasi-identiques ; alors, de là à penser que ces deux noms de domaines cachent un conflit de marques, il n’y a qu’un pas… que nous ne franchirons pas ici, mais peut-être dans un prochain billet.

Croatie : la marque communautaire compte désormais un 28e Etat

La Croatie fait désormais partie des pays de l’Union Européenne. Elle en est le 28e Etat depuis le 1er juillet 2013.

En matière de droit des marques, l’entrée de ce nouveau pays dans l’UE a une incidence : il fait désormais partie des Etats couverts par le dépôt de la marque communautaire.

Pour mémoire, la marque communautaire est un titre de propriété acquis par le biais d’un dépôt auprès de l’OHMI, Office pour l’Harmonisation sur le Marché Intérieur.

Contrairement à ce que son nom indique, la marque communautaire est valable sur l’ensemble de l’Union Européenne, soit 27 pays jusqu’à présent, et 28 depuis le 1er juillet 2013 avec l’entrée de la Croatie. Le grand intérêt de la marque communautaire est qu’elle s’obtient en effectuant un seul et unique dépôt auprès de l’Office européen (donc un seul dossier en une seule langue), lequel permet d’obtenir un titre de propriété valable sur l’ensemble des territoires de l’UE sans avoir à effectuer (comme c’était le cas avant sa date de création en 1996) autant de dépôts nationaux.

De facto, toutes les marques enregistrées auprès de l’OHMI à compter du 1er juillet 2013 seront également en vigueur en Croatie.
Quid alors de toutes celles qui étaient déjà enregistrées ?

Leur extension à la Croatie sera automatique, sous réserve qu’aucune marque antérieure, identique ou similaire, n’ait été enregistrée au sein de l’office national croate.

Atavik ! Premières croquettes sans céréales pour toutous carnivores

Atavik !, ou comment de jeunes entrepreneurs ont créé des croquettes pour chiens à base de viande et de légumes, mais sans céréales pour respecter la nature essentiellement carnivore des chiens.

ANALYSE LINGUISTIQUE
Modèle de nom Néologisme formé à partir de l’adjectif « atavique »
Prononciation Facile : alternance classique voyelle-consonne-voyelle
Euphonie Forte : les occlusives non-voisées « t » et « k » peuvent paraître dures, mais leur articulation autour de la fricative voisée « v », douce, et le rythme consonne-voyelle produisent un impact fort.
Concurrence Noms de marques + descripteurs : Purina Proplan , Pedigree Professional Nutrition (produits premium) – noms de fantaisie et de chiens : Friskies, Fido (mass market)
Potentiel international Connotations à vérifier à l’international, mais l’existence du mot « atavisme » dans plusieurs langues romanes et germaniques (anglais atavism, italien atavismo, allemand Atavismus…) laisse supposer une certaine facilité de lecture et de prononciation dans ces familles de langues.
ANALYSE MARKETING
Evocation Le concept « élitiste » d’atavisme (la réapparition de traits génétiques anciens), renvoie à la santé originelle. Mais il se marie à l’affectif populaire via une exclamation pleine de vigueur du maître à son chien (« attrape ! », anglais « attaboy! »). De fait, le point d’exclamation joue un rôle majeur dans le nom.
L’orthographe finale en « -ik » évoque la force nordique et rappelle un nom de chien (« Vik »).
Originalité Forte. La rareté du mot « atavique », son orthographe modifiée et son point d’exclamation en font une création surprenante.
Impact Fort. L’originalité du nom crée un haut de gamme non pas froid et distant, mais au contraire chaleureux et susceptible d’attirer une cible nouvelle.
ANALYSE JURIDIQUE
Distinctivité Forte : nom de fantaisie totalement déconnecté de la catégorie de produit
Enregistrement La société a déposé « ATA VIK ! » le 5 mai 2011 à l’INPI dans les classes de l’alimentaire (29, 30, 31), dans la classe 44 (services vétérinaires, toilettage d’animaux…), mais également dans les deux classes des boissons alcoolisées et non-alcoolisées (32, 33) ; à quand une boisson pour les toutous ?
Noms de domaines L’entreprise détient atavik.fr, .net, .org, .eu et .be mais n’exploite actuellement que le .fr. Le nom de domaine atavik.com est à vendre (2 595 $). Il pourra donc éventuellement être racheté par l’entreprise.

Création noms marques sociétés d'entreprises créer nom marque société créer nom d'entreprise. Agence de naming PARIS France.vérifier déposer protéger classes inpi antériorité déposées dépôt juridique juriste droit. Capture d’écran 2013-07-05 à 00.18.22