En 1984, John Galliano obtient son diplôme de styliste et lance sa propre marque et société « John Galliano SA ».

En 1992, la marque John Galliano est déposée en France auprès de l’INPI par la société anonyme John Galliano dans les classes 3 et 25. Des dépôts successifs interviendront quelques années plus tard en désignant des classes supplémentaires (14, 18, 24, 40, 42…). Aujourd’hui cette marque est détenue à 91% par la société Dior.

En 1994, la société s’installe à Paris.

En 1995, John Galliano est nommé chez Givenchy « directeur de la création du Prêt-à-porter et de la Haute-couture ».

En 1996, il est nommé chez Christian Dior, « directeur de la création de la Haute-couture et du Prêt-à-porter féminin ».

En 1999, il devient directeur artistique de l’ensemble des lignes féminines de Dior et prend en charge la responsabilité de l’image globale de la marque.

En 2003, le créateur ouvre sa propre boutique « John Galliano » à Paris à l’angle des rues Duphot et Saint Honoré.

Faits

Le 24 février 2011 à la terrasse d’un café parisien, John Galliano sous l’emprise de l’alcool a une altercation avec deux individus, et fait l’objet d’une plainte pour violences légères et injures à caractères raciste et antisémite. Cependant, il nie les faits et porte plainte à son tour pour insultes et diffamation.

Le 25 février 2011, Dior réagit rapidement et suspend John Galliano en attendant la fin de l’enquête.

Le 26 février 2011, une autre personne se manifeste en affirmant que John Galliano a également proféré des insultes à caractère raciste à son égard le 8 octobre 2010. Désormais deux plaintes sont déposées contre lui.

Le 1er mars 2011, la maison Dior publie un communiqué de presse annonçant le licenciement de John Galliano avec une mise à pied immédiate.

En avril 2011, après avoir été licencié de Dior, il est également mis à la porte de sa propre société « John Galliano SA » qui est détenue à 91% par Dior.

Procès

Le Tribunal correctionnel de Paris, le 8 septembre 2011, condamne John Galliano à 4000 € d’amende avec sursis pour l’incident survenu le 24 février 2011, et à 2000 € d’amende pour l’incident survenu en octobre 2010. Il doit également verser 16.500 € de frais de justice et 1 € symbolique de dommages et intérêts aux trois individus (dont un couple) ainsi qu’à cinq associations antiracistes qui se sont constituées partie civile.

Si l’affaire Inès de la Fressange à fait couler beaucoup d’encre autour des marques cédées à sa société, tel n’est pas le cas dans l’affaire Galliano. Ce dernier n’a pas cherché à tout prix à récupérer son nom, la marque appartient toujours à la société Dior. C’est ainsi que lors de la Fashion week parisienne de nombreuses personnes ont pu découvrir la collection automne-hiver 2013-2014 de John Galliano qui a été créé, non pas par le créateur lui même, mais par son remplaçant Bill Gaytten. Dior peut donc continuer à utiliser cette marque alors même que le créateur a été évincé. Toutefois, dans cette affaire, il y a donc une absence de conflit concernant le droit des marques, ce qui est souvent très rare !

John Galiano, Dior, John Galliano

Boutique Rue Saint Honoré

Plus d’articles…

Cliquer sur un article ci-dessous

Warrior, warior
Carrefour Veggie, Carrefour Vegan